top of page

Comment #être #authentique au #travail

On a tous #envie d'être des électrons libres et #faire ce qui nous plaît, mais soyons franc très peu des salariés osent. Et cela dépends de milieux plus policés que les autres, banque, justice, politique et j'en passe..

De l'autre côté dès qu'on franchit la porte du bureau, on "habille" un habit d'en employé d'une marque avec une certaine culture et traditions.

Pourtant on a tous envie de #lâcherprise et de trouver le bon milieu s'il existe il.

J'a trouvé cet article de Forbes intéressant.


Peter s'enorgueillissait d'être "au point" en tant que cadre. On lui a appris à être professionnel et soigné en toutes circonstances. Tout cela semblait bien fonctionner pendant les dix premières années de sa carrière. Mais quelque chose n'a pas fonctionné. Il a remarqué que son équipe manquait d'inspiration. Leurs taux d'engagement étaient faibles et il perdait des personnes clés au profit de ses concurrents.


En même temps, il commençait à ressentir une sorte de vide dans son travail et dans sa vie. Il n'était pas sûr d'être vraiment #heureux. Le problème, c'est qu'il ne savait pas par où commencer ni sur quoi travailler.


et la petite analyse qui va bien avec


Les employés d'aujourd'hui ont des attentes très différentes de celles d'il y a dix ans à l'égard de leurs dirigeants.

Ils veulent travailler pour quelqu'un qu'ils ont l'impression de bien connaître et en qui ils ont confiance. Ils n'attendent pas la perfection, mais de l'honnêteté et de l'ouverture.

.

À l'heure où les frontières entre vie privée et vie professionnelle sont floues, il n'est pas possible de se montrer sous un autre jour au travail, surtout si l'on veut nouer des liens significatifs avec les autres.

Les leaders authentiques le savent. Ils font ouvertement face à leurs dons et à leurs forces, ainsi qu'à leurs vulnérabilités et à leurs difficultés de #développement. Ils se connaissent bien. Ils n'essaient pas d'être quelqu'un qu'ils ne sont pas, quel que soit l'environnement ou les circonstances.

Et grâce à leur authenticité, ils permettent aux autres d'être eux-mêmes au travail en toute sécurité.


Voici trois mythes qui pourraient empêcher Pierre d'être plus authentique au travail :


Mythe n° 1 : "Je suis une personne différente au travail et à la maison".

Pierre peut penser que c'est une bonne idée de séparer ce qu'il est à la maison de ce qu'il est et de la manière dont il se comporte au travail.

Mais en fait, il n'est pas une personne totalement différente dans ces deux environnements. Il a tendance à être perfectionniste dans les deux cas. Il aime les choses bien rangées et n'apprécie guère le chaos ou la confusion, que ce soit au sein de son équipe ou avec ses enfants. Le fait de voir les schémas en jeu à la maison et au travail peut aider Peter à devenir un meilleur être humain, quel que soit l'environnement ou le contexte.


Les leaders authentiques sont conscients de leurs forces et de leurs limites. Ils se montrent sous leur vrai jour à leur équipe et à leur famille. Ils n'agissent pas d'une manière en privé et d'une autre en public.


Mythe n° 2 : "Si je m'ouvre et partage plus d'informations sur moi, quelqu'un pourrait utiliser ces informations contre moi".

Pierre s'est déjà fait avoir. Un collègue proche - un homme en qui il avait confiance et qu'il considérait comme un ami - l'a saboté en rapportant à son patron une information que Peter lui avait confiée en toute confiance.

Dès lors, Peter a appris à garder les choses secrètes et à ne pas faire confiance à trop de gens. Il se protège en étant "professionnel", ce qui signifie froid et calme, déconnecté, impersonnel. Mais il s'agit ici de Peter et de sa sécurité professionnelle. Il joue la carte de la sécurité.


Mythe n° 3 : "Mon équipe n'a pas le temps de s'occuper des choses "douces", comme partager avec les autres et devenir plus authentique. Nous avons du 'vrai travail' à faire !"


J'ai des nouvelles pour Peter. C'est du vrai travail. Parce que vous ne pouvez pas obtenir les résultats dont vous avez besoin tant que vous n'avez pas commencé par faire ce travail. Le défi de Peter est de promouvoir une culture de communication ouverte, honnête, positive, utile, constructive, sensible et de partage des connaissances dans l'ensemble de l'organisation. Et c'est vrai, la création d'une telle culture demande un investissement en temps. Les choses douces sont les choses difficiles.


Cela signifie que Peter doit ralentir et se concentrer au moins autant sur l'accomplissement des tâches que sur l'optimisation de la façon dont son équipe travaille ensemble. Quels sont les obstacles à la productivité et à l'efficacité ?

Une exploration des forces et des faiblesses de l'équipe dans son ensemble - et de celle de Peter également - pourrait s'avérer fructueuse. Oui, ces conversations prennent du temps. Mais elles en valent vraiment la peine.


Voici ce que Peter pourrait gagner en devenant un leader plus authentique :


Plus de productivité et d'efficacité.

La productivité et l'efficacité sont directement liées à la quantité d'informations partagées au sein d'une équipe.

Plus de confiance et moins de peur. Les gens font confiance à un leader qu'ils connaissent bien. Ils ne perdent pas de temps ni d'énergie avec des scénarios de peur. Ils s'activent et se remettent au travail.

Peter aurait tout intérêt à devenir un leader plus ouvert et plus authentique. Il en va de même pour vous.


Un petit conseil, apprenez à doser, à partager les récits de hobbies ou de voyages, cela vous rends plus réel et commun, car tout le monde aime voyager et en parler.



Comments


bottom of page