top of page

Quelle est la #signification #profonde de l'identité ?


Je travaille depuis plusieurs mois sur le sujet de l'identité qui m'empêche de réaliser mes objectifs. On attire ce qu'on est et pas ce qu'on souhaite attirer... Vous dites vouloir de l'argent mais vous critiquez les gens riches, pourquoi vous pensez obtenir ce que vous méprisez ?????

L'identité peut nous servir ou détruire. Il est vrai que c'est un travail de la modifier, mais nous le méritons.


Je suis tombée sur cet article qui vous rapproche un peu ce sujet. L'identité peut être définie de trois manières différentes :

  • l'identité personnelle,

  • l'identité sociale et

  • l'identité de rôle.

L'identité personnelle est la manière dont vous vous identifiez à vos caractéristiques personnelles, l'identité sociale est la manière dont vous vous identifiez à un groupe et l'identité de rôle est la manière dont vous vous identifiez à un rôle social particulier.


Il s'agit de ce que vous pensez de vos caractéristiques personnelles, de vos intérêts et de vos compétences. Par exemple, une personne peut s'identifier comme étant une personne extravertie et compétente dans un domaine d'étude particulier.



L'identité propre est probablement l'une des formes d'identité les moins discutées et consiste à s'identifier à un rôle particulier au sein d'un système plus large. Par exemple, on peut s'identifier comme faisant partie d'un lieu de travail particulier.


L'identité de rôle se distingue de l'identité sociale car elle consiste à avoir un but particulier au sein d'un système plus large plutôt que de s'identifier simplement à une catégorie plus large, comme être un fan de sport.



Qu'est-ce qu'une identité saine ?

Les identités saines sont interdépendantes, tandis que les identités malsaines sont dépendantes.


Les identités dépendantes sont recherchées comme un moyen d'échapper à un sentiment intérieur de faible valeur personnelle.


Les identités interdépendantes correspondent à un sentiment sûr de ses propres valeurs et compétences, ainsi qu'à un sentiment d'appartenance à un groupe social plus large.


Les identités dépendantes malsaines se retrouvent souvent dans les relations de codépendance.



Les relations de codépendance sont mutuellement destructrices. Dans le cas de la dépendance, le sentiment d'estime de soi d'un soignant peut dépendre de sa capacité à s'occuper d'un toxicomane, ce qui favorise sa dépendance.


La codépendance est autodestructrice car le manque d'estime de soi et de limites personnelles de l'aidant conduit à un état de négligence personnelle, de ressentiment et de sentiment d'être une victime.


Qu'est-ce qu'une identité interdépendante saine ?


La vie n'a pas de sens sans interdépendance. Nous avons besoin les uns des autres, et plus tôt nous l'apprendrons, mieux ce sera pour nous tous.


Les identités saines maintiennent un équilibre entre les limites personnelles authentiques et la contribution sociale.


Cela signifie qu'elles sont à la fois indépendantes et liées, enracinées dans un sentiment fondamental d'estime de soi.



Comment l'estime de soi affecte l'identité


Les personnes qui grandissent dans des environnements familiaux dysfonctionnels peuvent manquer d'un sentiment fondamental d'estime de soi, ce qui les pousse à rechercher un sens de l'importance d'une manière malsaine, insoutenable et dépendante d'une validation externe.


Pour acquérir un sentiment d'importance, certains endossent le rôle de héros, cherchant à être félicités pour leurs réalisations. D'autres deviennent des plaisantins, faisant rire les autres tout en réprimant leurs troubles intérieurs. D'autres deviennent des rebelles, recherchant l'approbation de groupes de pairs déviants.

Enfin, certains se réfugient dans des mondes fantastiques isolés.

Issus d'une famille dysfonctionnelle touchée par l'addiction, les individus endossent un ou plusieurs des rôles susmentionnés et en subissent les effets négatifs à long terme à l'âge adulte.


Il peut s'agir de stratégies d'adaptation sous-développées, d'une faible estime de soi, d'un passage à l'acte, d'une recherche d'attention, d'un isolement, d'une consommation de drogues, d'une dépendance au jeu et d'une dépendance sexuelle, d'une thésaurisation, d'une dépendance au travail, d'une codépendance, ainsi que d'une augmentation des problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l'anxiété.


Pour surmonter ces effets négatifs, il faut se confronter au rôle unique que l'on a joué pendant l'enfance, développer des limites personnelles et retrouver un sens à sa vie.


L'une des façons dont les individus tentent d'acquérir un sentiment d'estime de soi est l'identité du héros. À un jeune âge, cela consiste à se surpasser et à rechercher les louanges, mais cela peut plus tard se transformer en codépendance. Cela se produit lorsque l'individu devient dépendant d'un toxicomane ou d'un alcoolique pour son sentiment d'identité.


Sous couvert d'être "le responsable", il se sent victime, vivant dans un état d'anxiété au milieu du chaos de la dépendance. L'aidant a l'impression qu'il doit tout maintenir ensemble, en prenant des responsabilités supplémentaires, tout en essayant de changer l'alcoolique par une manipulation qui échoue rapidement, ce qui engendre le mécontentement.


"Si je ne le fais pas, qui d'autre le fera ? demande l'aidant.


S'ils parviennent à maintenir la cohésion du foyer dysfonctionnel, ils contribuent aussi, sans le savoir, à l'aggravation de l'état de l'alcoolique et à l'aggravation de son état de santé.

L'identité du héros victime procure un faux sentiment de valeur personnelle, enraciné dans un rôle de codépendance mutuellement destructeur.


Sans la personne qui le soutient, le toxicomane doit faire face à toutes les conséquences de son comportement ; sans le toxicomane, la personne qui le soutient perd le fondement malsain de sa fausse identité qui la protège de l'expérience de son manque intérieur d'estime de soi. Ses grandes réalisations et/ou son excellence morale aux yeux des autres lui apportent une validation extérieure, mais ce n'est encore qu'un mince vernis qui cache sa culpabilité intérieure et son sentiment de "ne pas être à la hauteur".


Frustrées, elles peuvent projeter sur les autres les critiques qu'elles se font intérieurement.

Cette critique des autres provoque le ressentiment des autres qui commencent à percevoir le héros comme arrogant et difficile à côtoyer en raison des attentes élevées placées en lui. Mais ces attentes élevées à l'égard des autres sont une projection utilisée pour faire face aux attentes élevées qu'ils ont à l'égard d'eux-mêmes.


Le problème est que les attentes du héros sont tout aussi inaccessibles pour les autres qu'elles le sont pour le héros, ce qui entraîne une spirale de déception constante et une distanciation des relations sociales.


Les identités acquises à partir de rôles toxiques alimentés par un faible sentiment d'estime de soi sont à l'opposé des identités acquises à partir de rôles sains alimentés par un sentiment sûr d'estime de soi.


Plutôt que d'être attirés par un rôle dysfonctionnel pour se valoriser, les individus qui ont une bonne estime d'eux-mêmes jouent des rôles sains et maintiennent des limites personnelles. Les attachements sécurisants de la petite enfance favorisent ce sentiment fondamental d'estime de soi.


Ce que les vétérans peuvent nous apprendre sur une identité saine

L'armée est un excellent exemple d'interdépendance institutionnalisée. Les identités se construisent au sein d'un système de rôles distincts, mais liés, où les compétences, les aptitudes, les préférences et le caractère uniques de chacun contribuent à une organisation dont les capacités fonctionnelles dépassent la somme de ses parties individuelles.


Si les identités militaires sont interdépendantes, pourquoi tant d'anciens combattants souffrent-ils d'une crise d'identité au moment de la transition ? Cela ne signifierait-il pas que leurs identités sont dépendantes et, par conséquent, malsaines ?


Dans certains cas, les anciens combattants conservent une identité dépendante. Tous les militaires n'entrent pas dans l'armée avec un sens profond de leur valeur personnelle. Ils peuvent utiliser l'armée comme un "codépendant" ou un "héros".


Avec sa promesse d'honneur héroïque et de fierté nationale, les individus qui n'ont pas un sentiment fondamental de valeur personnelle ou d'appartenance peuvent être attirés par ce type de rôle.


Bien que cela puisse se produire, la crise d'identité lors de la transition n'est pas simplement une question de perte d'identité dépendante pour ces personnes.


Les anciens combattants qui ont un fort sentiment fondamental d'estime de soi et qui construisent des identités de rôle interdépendantes au sein de l'armée peuvent également connaître une crise d'identité au moment de la transition.


Ce n'est pas parce que leur identité est dépendante, mais parce que les conditions sociales dans lesquelles ils sont capables de contribuer sont supprimées.


Comment la crise d'identité est une question sociale

Sans les rôles sociaux clairement définis et les directives morales strictes du passé, nous nous trouvons dans le monde moderne en train d'entrer et de sortir constamment de nouveaux rôles.


Autrefois, le fait de changer d'emploi était le signe d'un employé peu performant ; aujourd'hui, c'est devenu la norme. On s'attend à ce que les milléniaux occupent en moyenne six emplois différents au cours de leur vie d'adulte.


Que cela nous plaise ou non, nous sommes obligés de nous redéfinir constamment et de redéfinir notre place dans le monde.



Les professionnels établis ne se retrouvent plus dans les situations de travail stables que l'on connaissait à l'époque où les baby-boomers arrivaient sur le marché de l'emploi. Même les baby-boomers sont aujourd'hui contraints de s'adapter à ce nouvel environnement social.


Nombre d'entre eux ont perdu leur emploi en raison de l'externalisation, ont dû redéfinir leur rôle en raison des exigences changeantes du marché du travail de haute technologie, ont décidé de changer d'emploi pour accepter un travail plus gratifiant, ou prennent leur retraite et tentent de redéfinir leur nouveau rôle en dehors du monde professionnel.


La confusion des identités et des rôles ne se limite plus à la phase adolescente du parcours de vie. Il s'agit d'un problème social.


Demandez vous qui vous êtes ?



댓글


bottom of page