top of page

Pourquoi le bonheur des salariés doit-il être une priorité absolue ?


Loin de moi l'idée de donner en exemple Gary Vaynerchuk qui veut prouver par l'exemple de son entreprise qu'on peut donner la priorité aux employés et réussir plus. L'idée de diriger une #équipe heureuse et optimiste semble excellente, mais est-ce vraiment nécessaire ? Tant que les employés font leur travail (et, idéalement, ne le détestent pas), tout va bien, n'est-ce pas ?


En fait, non. Dans un climat d'entreprise de plus en plus défini par des valeurs, le bonheur des employés compte pour beaucoup. L'importance croissante de l'"expérience client" - qui met l'accent sur l'individualité, le sens et le choix - a fait naître un nouveau phénomène que les entreprises doivent chercher à satisfaire en interne : l'ère de l'"expérience employé".


Voici pourquoi le bonheur des employés devrait être une priorité absolue pour toutes les entreprises - et non une réflexion après coup.



Il n'y a pas si longtemps, être heureux au #travail n'était pas très important. Le travail est un mot à quatre lettres, après tout ; si vous n'aimiez pas votre travail, vous le faisiez quand même et trouviez votre bonheur en dehors du bureau. Mais nous vivons à une autre époque. Le lien entre bonheur et productivité n'est pas nouveau, mais de nombreux employeurs sous-estiment encore son importance sur le lieu de travail.


Examinons quelques statistiques :


Les employés heureux conservent leur emploi quatre fois plus longtemps que les employés malheureux ;

Les employés heureux sont 12 % plus productifs ;

Les employés heureux consacrent deux fois plus de temps à leurs tâches ;

Les employés heureux ont 65 % d'énergie en plus que les employés malheureux.

Il est clair qu'avoir des employés heureux n'est pas un bonus ; c'est une nécessité pour tout lieu de travail prospère. La #productivité, la #motivation, le dévouement et la fidélisation en dépendent.


Mais le bonheur des salariés ne se résume pas à des statistiques et des chiffres accrocheurs. Le bonheur a un effet tangible sur tout ce que nous faisons ; même si vous ne vous en rendez pas compte, le fait d'être malheureux nuit gravement à nos performances. Il nous pousse à nous désengager, réduisant notre capacité à penser de manière critique ou créative.


"Il existe des liens neurologiques évidents entre les sentiments, les pensées et les actions", a écrit Annie Mckee, conseillère en leadership et auteure, dans la Harvard Business Review. "Lorsque nous sommes en proie à de fortes émotions négatives, c'est comme si nous portions des œillères. Nous ne traitons pas les informations aussi bien, nous ne pensons pas de manière créative et nous ne prenons pas les bonnes décisions. La frustration, la colère et le stress provoquent la fermeture d'une partie importante de notre être, celle qui réfléchit et s'engage."



Un autre élément à prendre en compte lors de l'examen de l'effet du bonheur est qu'il peut avoir un effet #multiplicateur. Le fait de voir des employés heureux et souriants est contagieux et peut influencer les membres de l'équipe sans qu'ils s'en rendent compte.


Et les employés malheureux ne sont généralement pas très agréables à côtoyer ! Ils ne sont pas motivés et leur attitude négative peut avoir des répercussions sur de nombreux aspects du travail. Étant donné qu'une collaboration efficace au sein d'une équipe dépend de l'existence de relations de travail solides avec vos collègues, vous avez beaucoup à perdre en n'engageant pas votre équipe et en ne la satisfaisant pas.


Et le #mécontentement engendre l'instabilité. Il est évident qu'un personnel malheureux est plus susceptible de démissionner. Par conséquent, si la fidélisation est une chose qui vous tient à cœur et elle devrait l'être, étant donné le coût du remplacement du personnel !


Un seul employé malheureux peut affecter l'ensemble de l'équipe - et si toute l'équipe est affectée, c'est toute l'entreprise qui en pâtit. Les dirigeants doivent investir dans le bonheur... mais comment s'y prendre exactement ? Et comment mesurer le bonheur ?


Mesurer le bonheur des salariés

Il n'existe pas de méthode unique pour calculer le bonheur. Il faut plutôt combiner plusieurs approches.


La méthode la plus courante est l'indice de satisfaction des employés (ISE). Le choix d'une approche légère ou approfondie dépendra de la taille de votre personnel, de l'importance relative de la satisfaction des employés pour votre entreprise et du temps que vous pouvez consacrer à la procédure.


Mais le bonheur n'est jamais statique : il fluctue - un indice ponctuel ne vous aidera pas à le suivre et à l'améliorer à long terme. Par conséquent, même si vous obtenez une image précise du degré de bonheur de vos employés, vous devez déterminer ce qu'ils veulent.


Comment améliorer le bonheur des salariés

Pour améliorer réellement le bonheur de vos employés, vous devez entretenir avec eux des #relations solides et constructives. En tant que dirigeant, c'est à vous qu'il incombe d'établir des relations positives et d'instaurer une communication authentique. Vous pouvez faire preuve de compassion en


  • en apprenant ce que le bonheur signifie pour eux

  • en leur demandant comment vous pouvez les améliorer et mieux les soutenir

  • Veiller à ce qu'ils aient une charge de travail équilibrée et intéressante

  • Encourager et investir dans leurs compétences

  • Les impliquer dans les décisions

  • Créer des opportunités pour qu'ils s'impliquent

  • Montrer que vous les appréciez

  • Célébrer leurs succès

Toujours agir en fonction de leur retour d'information


N'oubliez pas de réserver un espace pour des entretiens réguliers avec vos employés et de promouvoir une culture où le retour d'information est encouragé, et non supprimé.


En fin de compte, le bonheur des employés découle d'une vision partagée - avec les collègues, les managers et l'entreprise elle-même. Investir dans le bonheur de votre équipe n'améliorera pas seulement le moral, la concentration et la productivité - cela vous aidera à construire une entreprise plus stable et, en fin de compte, plus lucrative.

Et comme je dis ça je ne dis rien, le PDG d'une grosse entreprise comme Gary il consacre 15 minutes à chaque employé indépendamment de son rôle et statut


Comments


bottom of page