Comment la mentalité du manque nous empêche de prospérer dans la vie et pourquoi ?

On a toujours entendu parler de la mentalité des riches et vice versa de celle de pauvres ou comment les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres quoi qu’ils fassent.

Cela nous parait injuste mais la vie est gérée par la simple loi de cause et effet et personne n’y échappe.


Lors d'une expérience menée en 2017, des chercheurs ont découvert que le simple fait de penser à une facture coûteuse de réparation de voiture détériorait considérablement les performances cognitives des personnes à faible revenu. Ces mêmes chercheurs ont également étudié des cultivateurs de canne à sucre en Inde, qui réalisent la majorité de leur revenu annuel en une seule fois. Au moment de la récolte, les agriculteurs passent rapidement de pauvres à relativement riches. Les agriculteurs ont obtenu de bien moins bons résultats aux tests cognitifs avant la récolte, lorsqu'ils étaient pauvres, qu'après, malgré le contrôle du stress et d'autres facteurs.

Les chercheurs ont conclu que la pauvreté ou tout simplement la mentalité de pauvres (les personnes qui n’ont pas assez et qu’ils restent dans le manque même si leurs ressources sont correctes) "impose une charge cognitive et entrave la capacité cognitive" et que ces effets équivalent à la perte d'environ 13 points de QI, ce qui est comparable à la perte d'une nuit complète de sommeil.

C'est un exemple : un changement mental dû à la perception de ressources limitées. Notre cerveau dispose d'une bande passante limitée, de sorte que toute attention accordée à un problème immédiat ne peut être utilisée ailleurs.

La mentalité du manque pouvait être une bonne chose quand elle nous a poussé a planter, chasser, construire pour survivre, elle peut être un facteur de motivation.

Aujourd'hui encore, il peut nous aider à nous concentrer sur des tâches à accomplir dans des délais serrés.


Mais garder cette mentalité rend la sortie de la pauvreté extrêmement difficile. Vous ne pouvez pas investir dans l'avenir lorsque vos besoins actuels ne sont pas satisfaits. Le manque d'argent et la focalisation extrême sur le court terme font qu'il est difficile de planifier l'avenir.

C'est comme devoir acheter plusieurs fois des paires de bottes bon marché au lieu d'acheter une paire coûteuse qui durera toute votre vie.

S'il est logique, sur le moment, d'acheter des produits de première nécessité comme de la nourriture plutôt que de payer des factures, le fait de remettre ces tâches à plus tard finit par coûter plus cher à long terme lorsque vous devez payer des frais de retard. Les gens ne sont pas pauvres parce qu'ils prennent de mauvaises décisions ; les gens restent pauvres parce que la pauvreté inhibe leur capacité à prendre de bonnes décisions.

Les effets de la pauvreté et de la pénurie ne se limitent pas au cerveau mais mène à un risque accru de maladies évitables telles que les maladies cardiaques, la dépression, la prise de poids, etc.


En outre, les enfants qui grandissent dans la pauvreté en subissent les conséquences toute leur vie. La pauvreté des enfants peut avoir un impact sur le développement du cerveau, ce qui peut entraîner des troubles de l'humeur tels que la dépression et la toxicomanie plus tard dans la vie.


Il y a aussi un effet important - mais difficile à mesurer - sur nos communautés. Lorsque nous croyons que l'économie est à somme nulle, nous en venons également à penser qu'aider une autre personne se fait à nos dépens.


Comment rompre ce cycle vicieux ?

Cultiver un état d'esprit d'abondance

Cela signifie que le fait d'adopter le contraire, à savoir un état d'esprit d'abondance ou de croissance, entraîne des avantages tels qu'une augmentation des performances.

Notre cerveau reçoit une dose de dopamine lorsque nous prenons des risques et que nous les menons à bien, ce qui nous incite à rechercher davantage de dopamine en augmentant les comportements de croissance qui ont provoqué la libération de dopamine au départ.

Acceptation

Pour savoir où vous allez, vous devez savoir où vous avez commencé.

Autocompassion

Tout ce que vous avez fait jusqu'à présent dans votre vie vous a mené là où vous êtes aujourd'hui - et vous devriez être fier de vous pour avoir réussi à tenir jusqu'à aujourd'hui.


Définissez l'abondance pour vous-même

L'état d'esprit d'abondance sont différents pour chacun. Ce qui ressemble à de l'abondance pour vous peut ressembler au manque pour quelqu'un d'autre, et vice versa. Il est difficile de se mettre dans un état d'esprit d'abondance si vous ne savez pas vers quoi vous tendez. Qu'est-ce que cela vous ferait d'être abondant ? À quoi ressemblerait votre vie ?

Commencez petit

Changer toutes vos habitudes ou façons de penser d'un coup - dans n'importe quel domaine - peut vous conduire à des attentes irréalistes. Dans quel domaine avez-vous l'impression que votre mentalité de manque vous freine le plus ?


Commencez par apporter de petites modifications à votre état d'esprit dans ce domaine. Avez-vous l'impression que votre temps est compté ces jours-ci ? Pensez à ce que vous aimez et qui occupe votre temps - ou à ce que vous pourriez ajouter.

La pleine conscience

Il est compréhensible que notre cerveau s'enferme dans l’esprit du manque. Il est constamment en train de se demander ce qu'il doit faire ensuite pour survivre. Cela nous éloigne du présent. Prendre le temps d'être attentif - que ce soit par la méditation ou par le simple fait de prêter attention au moment présent - peut ralentir notre cerveau et nous permettre de penser plus clairement.


Comment vos idées de crainte, peur de manquer influencent vos décisions et votre réussite à long terme ?


3 vues0 commentaire