top of page

Comment apprendre à dire non au #travail


Se faire une place au travail c'est du travail, les femmes ont tendance à en faire plus et surtout elles ont du mal à refuser le surplus.

Il arrive que vous ayez trop à faire ou que vous n'ayez tout simplement pas envie d'accepter un projet sur lequel on vous a demandé de travailler. Vous n'avez peut-être pas le choix, mais si c'est le cas, comment refuser l'opportunité d'une manière qui ne veuille pas offenser la personne qui vous l'offre ? Comment éviter d'être étiqueté comme "n'ayant pas l'esprit d'équipe" ou "avec qui il est difficile de travailler" ?



Pour la plupart d'entre nous, dire non n'est pas naturel. Vous vous sentez mal à l'aise de décevoir un collègue, coupable de refuser votre patron et anxieux de ne pas répondre à la demande d'un client. Vous voulez être perçu comme un "oui", un "interlocuteur", un membre de l'équipe. Le problème, c'est qu'en acceptant de travailler sur trop de missions et de participer à trop de projets, vous vous retrouvez à bout de forces et stressé. Dire non est vital pour votre réussite et celle de votre organisation, mais cela ne rend pas la chose plus facile. "Les gens disent qu'il n'y a pas de bonne façon d'annoncer une mauvaise nouvelle. Mais il y a des mesures à prendre pour que la conversation se passe le mieux possible". Voici quelques conseils.


#Évaluer la demande

Avant de répondre par un "non" catégorique, on conseille d'évaluer la demande en déterminant d'abord dans quelle mesure l'occasion est "intéressante, engageante et excitante", puis en déterminant s'il est possible pour vous d'apporter votre aide. "Ne dites pas non tant que vous n'êtes pas sûr de devoir le faire.

L'évaluation ne doit pas se faire en solo. Vous devez savoir, par exemple, s'il s'agit d'une petite tâche qui ne prendra pas trop de temps ou s'il s'agit d'un projet à long terme. Ou s'agit-il d'un projet à plus long terme ? Et quelle est son importance ?" L'objectif est que vous compreniez "combien votre refus va coûter à l'autre" et que votre interlocuteur saisisse "les répercussions de ce qu'il demande".


Soyez franc

Si vous vous rendez compte que vous n'avez ni l'envie ni les moyens d'aider et que vous devez donc rejeter la demande, soyez honnête et direct. "Trop souvent, les gens commencent par des raisons légères et taisent la vraie raison de leur refus parce qu'ils pensent que c'est trop lourd", dit-elle. "Mais les petites explications dévalorisantes ne sont pas convaincantes et sont facilement mises de côté. Ou alors, elles sont perçues comme malhonnêtes". Pour limiter les frustrations, expliquez franchement pourquoi vous dites non. Si vous êtes mis au défi, restez constant, clair et fidèle à votre message.



Offrir une bouée de sauvetage

Pour maintenir une bonne #

relation avec la personne que vous refusez, il est essentiel de "reconnaître l'autre côté".

Faites preuve d'empathie. Soyez compatissant. Elle suggère de dire quelque chose comme


Vous pouvez peut-être assister à des séances de brainstorming, lire les premières ébauches ou simplement servir de caisse de résonance. Même en disant non, vous voulez "transmettre l'esprit d'équipe".

"Si vous dites que vous êtes trop occupé pour aider, ne partez pas trop tôt et ne soyez pas vu en train de prendre de longues pauses bavardes à la fontaine d'eau.


Ne soyez pas méchant, mais ne soyez pas trop #gentil

"La manière dont vous dites non est très importante". "Ne faites pas en sorte que l'autre personne se sente mal d'avoir demandé de l'aide. Pas de soupir, pas de grimace, pas de "c'est pas mon tour", pourquoi tu ne demandes pas ? "Soyez gentil, mais ferme.

Surveillez votre ton et votre langage corporel. Ne traînez pas les pieds et "n'utilisez pas d'expressions faciales pour exprimer votre réticence ou votre désapprobation".

Essayez d'exprimer un "non" neutre. Il est également essentiel que vous ne laissiez pas à votre interlocuteur le faux espoir que votre "non" pourrait se transformer en "oui".



Ajustez vos attentes

Même si vous suivez toutes les étapes ci-dessus, vous devez vous préparer à recevoir des commentaires négatifs. Votre collègue ou votre client "peut ne pas être content ; il peut vous punir ou être parfaitement satisfait de brûler un pont".

"Vous pouvez influencer la façon dont l'autre personne réagit, mais vous ne pouvez pas la contrôler.

Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde, il ne faut pas trop interpréter la réaction initiale de la personne qui demande de l'aide. "Il se sent frustré. Mais ce n'est peut-être pas personnel. Ne pensez pas qu'il sera en colère contre vous pendant trois semaines.



L'entraînement

Pour mieux dire non, Mme Dillon suggère de s'entraîner à le dire à voix haute, seul, à huis clos ou avec un ami ou un collègue de confiance. "Écoutez-vous", dit-elle. Votre ton doit être clair et votre attitude diplomatique. "Vous voulez dire non d'une manière qui incite les gens à vous respecter. Dire non est une compétence qui s'apprend et qui finira par devenir plus facile, ajoute Mme Weeks. "Pensez à toutes les personnes qui doivent dire non pour vivre - les avocats, les policiers, les arbitres, les juges", dit-elle. "Ils le font avec dignité. Ils assument ce qu'ils disent. Et ils sont responsables de ce qu'ils disent, quels que soient les sentiments des deux parties.




Évaluer si vous avez le désir et la capacité de répondre à la demande et demander si les priorités peuvent être modifiées ou si des compromis peuvent être faits.

Montrez votre volonté de participer en demandant s'il y a de petites choses que vous pouvez faire pour aider le projet.

Entraînez-vous à dire non à voix haute - cela finira par devenir plus facile.

Ne pas


Utiliser un ton dur ou hésitant, et ne pas être trop poli non plus. Essayez plutôt de dire un non clair et régulier.

Ne dites pas la vraie raison pour laquelle vous dites non. Pour limiter la frustration, donnez d'emblée des raisons valables.


Étude de cas - Expliquez pourquoi vous dites non

Katherine Hays, fondatrice et PDG de Vivoom, société de publicité mobile située à Cambridge (Massachusetts), explique qu'elle doit constamment se rappeler que "dire non est l'une de ses responsabilités les plus importantes".


"Dans une startup, les opportunités sont si grandes et il y a tant à faire qu'il est tentant de tout accepter", dit-elle. "Mais si vous n'avez pas le temps de bien faire [quelque chose], vous ne rendez pas service à la personne à qui vous avez dit oui."


Il y a quelques mois, Katherine a dû dire non à un client potentiel - nous l'appellerons Edward - qui voulait utiliser la plateforme de Vivoom pour une nouvelle campagne publicitaire. En temps normal, cela aurait été une une occasion en or. Mais Edward voulait lancer sa campagne en moins d'une semaine, et l'équipe de Katherine a généralement besoin de deux à trois semaines pour qu'un client soit opérationnel sur son système.


"Je suis une entrepreneuse et je suis donc optimiste par nature", explique-t-elle. "Mais je devais penser à long terme [à propos de la demande]. Bien sûr, il y avait une chance que cela fonctionne dans ce délai, mais l'espoir n'est pas une stratégie".



Lorsqu'elle a dit non à Edward, elle a d'abord reconnu qu'elle savait que ce n'était pas ce qu'il voulait entendre. Elle a ensuite expliqué le fonctionnement de l'équipe Vivoom et expliqué pourquoi le processus prend plusieurs semaines. Il n'y avait tout simplement pas assez de temps.


Edward a répliqué. Il a promis de comprendre si les résultats de la campagne publicitaire n'étaient pas à la hauteur.


Mais Katherine a tenu bon. "Je lui ai dit que je voulais que sa première campagne sur notre plateforme soit un succès, que si j'avais dit oui, cela aurait été bien à court terme mais pas à long terme, [et] que nous voulions travailler sur sa prochaine campagne".

et vous comment entraînez-vous pour dire non, quelles sont vos motivations ?







Comments


bottom of page