top of page

Arrêtez d'être si gentil; La gentillesse est surfaite et contre-productive.


J'ai parlé de ces fameux soft skills, je ne suis pas convaincue que la gentillesse doit en faire partie. Le monde corporate n'incite pas à être gentil, ce 'est pas la qualité demandé pour réussir.

Ce sujet reste important pour moi, car je trouve c'est important mais comme avec tout il y a un juste milieu à appliquer.

Voici l'un de point que points de vue que les psychologues du travail partagent.

Les personnes qui sont toujours gentilles ont tendance à retenir les émotions négatives, ce qui entraîne souvent une dépression, de l'anxiété et une dépendance.

Les personnes toujours gentilles peuvent périodiquement passer à l'acte ou même s'effondrer d'épuisement.

Pour éviter les dangers de la gentillesse, il faut ressentir ses véritables besoins et désirs, et fixer activement des limites.


Les personnes gentilles accordent toujours aux autres le bénéfice du doute, sont prêtes à donner un coup de main ou à se porter volontaires pour cette tâche dont personne ne veut. Elles sont sensibles aux sentiments des autres, faciles à vivre et se disputent rarement, voire jamais.


Attention , si vous êtes toujours le gentil, si c'est votre personnage public 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, il y a souvent des dangers psychologiques qui se cachent sous cette surface amicale, un inconvénient qui peut faire des ravages.


Voici les plus courants :


Intériorisation

Vous êtes si bon, si décontracté tout le temps, vraiment ? À moins que vous ne preniez des médicaments extrêmement efficaces, ce n'est probablement pas le cas. Ce que les gens toujours gentils ont tendance à faire, c'est d'intérioriser, c'est-à-dire de retenir les émotions négatives qui surgissent naturellement au cours de la vie quotidienne. Le sous-produit de ces crises émotionnelles est souvent la dépression, l'anxiété.


Et si la dépression, l'anxiété et la toxicomanie ne sont pas assez fortes pour tenir à distance ces sentiments non polis, vous risquez de passer à l'acte, en ayant une aventure d'un soir lors d'un voyage d'affaires, en faisant une crise de boulimie, en entrant dans une rage digne d'un ouragan contre votre enfant, votre chien ou votre gentil, mais toujours absent, collègue de travail.

Vous vous sentez terriblement coupable, vous vous excusez abondamment, vous promettez de ne plus jamais recommencer... jusqu'à ce que vous le fassiez. Jusqu'à ce que la pression monte et que les bons déclencheurs vous fassent craquer.


L'autocritique

Ce qui nuit beaucoup à la gentillesse, c'est que vous êtes plus enclin à vous blâmer que n'importe qui d'autre : c'est votre faute, vous auriez dû mieux savoir, vous avez fait quelque chose qui a poussé l'autre personne à agir comme elle l'a fait, même si vous n'avez pas la moindre idée de ce que cela peut être.


Vous avez cette voix critique et grondeuse de sergent/parent qui vous harcèle en permanence, qui regarde par-dessus votre épaule, qui agite son doigt. Sous cette violence verbale constante, vous vous promettez de faire plus d'efforts, de ne pas vous tromper et d'être encore plus gentil, mais quoi que vous fassiez, ce n'est jamais assez bien ; les fautes, les erreurs et les incriminations se trouvent à chaque coin de rue. C'est un mode de vie misérable.


Le ressentiment vient du fait que votre gentillesse s'accompagne d'attentes - que les autres apprécient vos efforts de martyr ou qu'ils vous suivent et vous ressemblent,


L'épuisement périodique

Si vous faites tout ce qu'il y a à faire, tout le temps, vous êtes susceptible de vous effondrer périodiquement. Il peut s'agir d'un épuisement, d'une maladie ou d'une dépression grave. L'épuisement peut vous mettre sur la touche pendant un certain temps, mais une fois que vous avez récupéré, vous reprenez rapidement du service.


Compromettre à l'avance dans les relations

Au lieu de dire clairement ce que vous voulez au début d'une discussion avec quelqu'un, vous anticipez ou supposez ce que l'autre personne aimerait, puis vous réduisez vos propres exigences avant le début de la conversation. Au lieu de lui demander si elle peut travailler tout le week-end pour vous, vous lui demandez si elle peut travailler le samedi.


Lorsque vous faites constamment ce genre de compromis préalable dans vos relations intimes, vous n'obtenez jamais vraiment ce que vous voulez (même si vous fantasmez sur le fait que l'autre personne lira dans vos pensées et vous le proposera quand même).


Avoir l'air de contrôler ou d'être passif-agressif

Les autres, en particulier vos proches, peuvent parfois vous considérer comme subtilement contrôlant ou passif-agressif - parce que c'est le cas. Votre personnalité se fissure un peu et vous exercez une pression ou une culpabilité subtile pour obtenir ce que vous voulez, ou vous acceptez quelque chose mais agissez ensuite de manière passive-agressive parce que votre mécontentement s'échappe.



Les regrets plus tard dans la vie


Cela signifie-t-il qu'il ne faut pas être gentil ?


Bien sûr que non. Mais il y a une différence entre une vie axée sur les valeurs et une vie axée sur l'anxiété. Une vie axée sur les valeurs découle de vos valeurs, de vos convictions profondes en tant qu'adulte sur la manière d'être avec les autres. Vous êtes gentil et attentionné et vous voyez que nous sommes tous en train de lutter sur ce petit point dans le vaste univers ; vous traitez les autres de la manière dont vous aimeriez être traité.

Vous le faites non pas parce que vous "devriez" ou parce que vous vous sentiriez coupable autrement, mais parce que c'est votre plan de vie.


Mais en même temps, vous pouvez dire non, prendre soin de vous et des autres, vous affirmer et être honnête sans être agressif et blessant. La vie est gagnante autant que possible.


En revanche, dans la vie anxiogène, la gentillesse est un moyen de gérer l'anxiété. Vous avez appris à adopter une attitude "gentille" afin d'éviter les conflits.


Réduire l'intensité de l'action

Si vous décidez que vous en avez assez d'être toujours gentil, ou que vous en avez assez d'absorber l'une ou l'autre de ces conséquences, il est temps d'arrêter d'être en pilotage automatique et de commencer à faire des choix et à changer certains de vos comportements. Voici comment commencer :


1. Ralentissez pour vous rendre compte de ce que vous ressentez vraiment.



Si vous êtes une superstar toujours gentille, il est probable que vous ne vous rendiez même pas compte de ce que vous ressentez la plupart du temps. Plutôt que de lever rapidement la main lors de la réunion du personnel où l'on demande des volontaires, prenez quelques respirations profondes et demandez-vous si vous avez vraiment envie de le faire. Il en va de même pour les négociations avec votre partenaire :

Arrêtez de faire des compromis à l'avance et déterminez ce que vous voulez vraiment. Si vous ne pouvez pas le dire sur le moment, attendez et continuez à vous demander ce que vous ressentez vraiment ; quelque chose finira par émerger.


2. Entraînez-vous à dire non.


Ne pas lever la main, c'est dire non, mais vous devez vous entraîner à le faire plus activement - il s'agit de fixer des limites. Si l'on vous demande de faire partie d'un comité paroissial, par exemple, et que vous ne voulez pas le faire, dites non. Mieux encore, soyez proactif et faites savoir aux autres où vous en êtes avant qu'ils ne viennent vous voir. S'il est trop difficile de dire non en personne, appelez et laissez un message vocal ou envoyez un texte. Faites-le, c'est tout.


3. Utilisez votre colère comme une information.


Lorsque vous ressentez de la colère, de l'irritation ou du ressentiment, utilisez-les comme des informations sur ce dont vous avez besoin, ce que vous n'aimez pas et ce que vous pourriez vouloir. Puis, à nouveau, exprimez-vous.


4. Entraînez-vous à être plus honnête.


L'honnêteté est essentiellement la raison d'être de la fixation de limites, mais c'est aussi le moteur de l'intimité. Sortez des discussions superficielles et expérimentez des conversations plus profondes - dites à vos proches ce que vous ressentez vraiment au lieu de dire "c'est bon". Si votre partenaire fait de même, abordez la question de l'intimité verbale et de l'honnêteté comme un sujet sur lequel vous voulez tous les deux travailler.


5. Utilisez vos symptômes comme des outils vous permettant de savoir si vous êtes à bout de nerfs.


Ne mettez pas sous le tapis les crises de boulimie, l'épuisement ou l'agressivité passive, mais utilisez-les plutôt comme des signaux d'alarme qui vous indiquent que vous êtes trop responsable, que vous négligez vos propres besoins. Il est temps de ne pas se contenter de s'excuser ou de se remettre, mais de reprendre la parole.


Ne renoncez pas à la gentillesse mais restez juste.



Kommentarer


bottom of page