top of page

Arrêtes de te #plaindre pour être plus heureux

J'ai observé que la culture joue énormément dans le fait de se plaindre. Il arrive que c'est tellement normalisé de ne pas être content que cela passe inaperçu, comme si ne pas critiquer était réservé aux gens qui n'y comprennent rien.

Et l'être humain reste humain, il copie les autres et sans s'en rendre compte il critique toute la journée et si vous lui faites une remarque il va nier, c'est sa façon de d'être un citoyen responsable .



La plupart des gens se plaignent une fois par minute au cours d'une conversation classique. Il est tentant de se plaindre parce que cela fait du bien, mais comme beaucoup d'autres choses agréables, telles que fumer ou manger une livre de bacon au petit-déjeuner, se plaindre n'est pas bon pour vous.


Votre cerveau aime l'efficacité et n'aime pas travailler plus que nécessaire. Lorsque vous répétez un comportement, comme vous plaindre, vos neurones se ramifient les uns aux autres pour faciliter le flux d'informations. Il est donc beaucoup plus facile de répéter ce comportement à l'avenir - si facile, en fait, que vous ne vous rendez peut-être même pas compte que vous le faites.


Se plaindre constamment est mauvais pour la santé et réorganise le cerveau

Vous ne pouvez pas blâmer votre cerveau. Qui voudrait construire un pont temporaire chaque fois qu'il faut traverser une rivière ? Il est beaucoup plus logique de construire un pont permanent. Ainsi, vos neurones se rapprochent les uns des autres et les connexions entre eux deviennent plus permanentes. Les scientifiques aiment décrire ce processus comme suit : "Les neurones qui s'allument ensemble se connectent ensemble".


En vous plaignant à plusieurs reprises, vous reconnectez votre cerveau pour qu'il soit plus enclin à se plaindre à l'avenir. Au fil du temps, vous constatez qu'il est plus facile d'être négatif que positif, indépendamment de ce qui se passe autour de vous. Se plaindre devient votre comportement par défaut, ce qui modifie la façon dont les gens vous perçoivent.


Des recherches menées par l'université de Stanford ont montré que le fait de se plaindre rétrécit l'hippocampe, une zone du cerveau essentielle à la résolution de problèmes et à la pensée intelligente. Les dommages causés à l'hippocampe sont effrayants, surtout si l'on considère qu'il s'agit de l'une des principales zones du cerveau détruites par la maladie d'Alzheimer.




S'il n'est pas exagéré de dire que se plaindre entraîne des lésions cérébrales, ce n'est pas tout. Lorsque vous vous plaignez, votre corps libère l'hormone du stress, le cortisol. Le cortisol vous fait passer en mode "lutte ou fuite", en détournant l'oxygène, le sang et l'énergie de tout ce qui n'est pas essentiel à votre survie immédiate. L'un des effets du cortisol, par exemple, est d'augmenter la pression artérielle et le taux de sucre dans le sang afin que vous soyez prêt à fuir ou à vous défendre.


Tout le cortisol supplémentaire libéré par les plaintes fréquentes nuit au système immunitaire et rend plus vulnérable à l'hypercholestérolémie, au diabète, aux maladies cardiaques et à l'obésité. Il rend même le cerveau plus vulnérable aux accidents vasculaires cérébraux.



Les êtres humains étant intrinsèquement sociaux, notre cerveau imite naturellement et inconsciemment les humeurs des personnes qui nous entourent, en particulier celles avec lesquelles nous passons beaucoup de temps. Ce processus, appelé "miroir neuronal", est à la base de notre capacité à ressentir de l'empathie. Le revers de la médaille, cependant, c'est que le fait de se plaindre ressemble beaucoup à celui de fumer - il n'est pas nécessaire de le faire soi-même pour en subir les effets néfastes. Vous devez être prudent lorsque vous passez du temps avec des personnes qui se plaignent de tout. Les personnes qui se plaignent veulent que les gens se joignent à leur fête de la pitié afin de se sentir mieux dans leur peau. Pensez-y de la manière suivante : Si une personne fumait, resteriez-vous là tout l'après-midi à inhaler la fumée secondaire ? Vous prendriez vos distances, et vous devriez faire de même avec les personnes qui se plaignent.



Il y a deux choses que vous pouvez faire lorsque vous ressentez le besoin de vous plaindre. La première consiste à cultiver une attitude de gratitude. En d'autres termes, lorsque vous avez envie de vous plaindre, portez votre attention sur quelque chose dont vous êtes reconnaissant. Prendre le temps de réfléchir à ce dont on est reconnaissant n'est pas seulement une bonne chose à faire : cela réduit de 23 % le taux de cortisol, l'hormone du stress. Chaque fois que vous avez des pensées négatives ou pessimistes, utilisez-les comme un signal pour changer de vitesse et penser à quelque chose de positif. Avec le temps, une attitude positive deviendra un mode de vie.


La deuxième chose que vous pouvez faire - et seulement lorsque vous avez quelque chose qui mérite vraiment que vous vous plaigniez - est de vous engager dans une démarche de plainte orientée vers la recherche de solutions. Il s'agit de se plaindre dans un but précis.


Les plaintes orientées vers la recherche de solutions doivent Avoir un objectif clair. Avant de vous plaindre, sachez quel résultat vous recherchez.

Si vous ne parvenez pas à identifier un objectif, il y a de fortes chances que vous vouliez vous plaindre pour le plaisir, et c'est le genre de plainte qu'il faut étouffer dans l'œuf.


Commencez par quelque chose de positif. Il peut sembler contre-intuitif de commencer une plainte par un compliment, mais commencer par un élément positif permet d'éviter que l'autre personne ne se mette sur la défensive. Par exemple, avant de vous plaindre d'un mauvais service à la clientèle, vous pourriez dire quelque chose comme : "Je suis client depuis très longtemps et j'ai toujours été enchanté par votre service..."

Soyez précis. Lorsque vous vous plaignez, ce n'est pas le moment de ressasser toutes les petites contrariétés des 20 dernières années. Contentez-vous d'évoquer la situation actuelle et soyez aussi précis que possible. Au lieu de dire "Votre employé a été impoli avec moi", décrivez précisément ce que l'employé a fait et qui vous a semblé impoli.



Terminez par un point positif. Si vous terminez votre plainte par "Je ne ferai plus jamais mes courses ici", la personne qui vous écoute n'est pas motivée pour donner suite à votre plainte. Dans ce cas, vous ne faites que vous défouler ou vous plaindre sans autre but que de vous plaindre. Au lieu de cela, reformulez votre objectif, ainsi que votre espoir que le résultat souhaité puisse être atteint, par exemple : "J'aimerais résoudre ce problème afin que nous puissions conserver notre relation d'affaires intacte".



Kommentare


bottom of page